Bug Concept - Krav Maga

Lien du site : https://bugconceptkravmaga.fr

B.U.G Concept – Body.Urban.Guard Concept

Cours de KRAV MAGA sur Marseille

Fondée en 2004 pour développer la pratique du krav maga sur le 7ème arrondissement de Marseille et aussi sur le 13 ème en 2007 au BCTR et aujourd’hui sur Chateau Gombert et Les Camoins, mais surtout pour organiser et promouvoir tous types d’activités physiques, sportives, culturelles et de loisirs en relation avec la self défense et aussi afin de créer des liens amicaux entre ses membres.

Anciennement groupe de l’Académie Européenne de Krav Maga dès sa création, elle est affiliée à la FFK depuis 2006 (fédération ayant délégation du ministère pour développer cet art martial Israélien), regroupant de ce fait un grand nombre de courants afin que tous travaillent dans le mêmesens.

L’association compte à ce jour plus d une centaine de pratiquants et des liens amicaux très forts se sont créés par de là les stages Nationaux et Internationaux …

TUNISIE 2010 -TURQUIE 2011 – CROATIE 2012 – REUNION 2012 mais aussi pour certains par les rencontres interfédérations, le BRESIL 2013, L’ITALIE 2013, PORTUGAL 2012 2013 2015, CRETES 2016, CORSE 2016 et MALAGA 201


Le krav-maga n'est pas un mélange de différents arts martiaux et n'est pas conçu comme un art mais comme une méthode de combat rapproché.

Dans ce souci d'efficacité, le krav-maga est en perpétuelle évolution. On y retrouve toutefois un grand nombre de techniques de combat issues de la boxe pieds poings, du jiu-jitsu et de la lutte.

Les entraînements diffèrent de ceux des arts martiaux ou des sports de combat dans la mesure où le but n'est ni la compétition ni une pratique culturelle et physique. À cela s'ajoute l'absence de règles a priori et les priorités. La méthode devant être intégrée rapidement pour la formation des soldats, elle ne s'appuie pas sur des qualités physiques particulières et n'est donc pas réservée à des troupes d'élites. La simplicité est déterminante.

Le krav-maga est basé sur les réflexes et la rapidité d'action. Des cours sont donnés depuis longtemps aux enfants, même si beaucoup émettent des réserves sur l'ambiguïté des « coups aux parties ».


Bratislava, ville active de l'Empire austro-hongrois, abritait à l'instar de nombreuses villes d'Europe de l'Est une importante communauté juive ashkénaze.

Samuel Lichtenfeld était détective et instructeur en chef de la police départementale devenu célèbre pour ses nombreuses affaires élucidées et son enseignement du self-défense1.

Son fils Imi, né à Budapest en 1910, s'inspira grandement des activités de son père. Il remporta de nombreuses compétitions en lutte, boxe et gymnastique. Lorsque, dans les années 1930, le fascisme fit son apparition, Imi réunit autour de lui un groupe de jeunes athlètes dont la mission était de protéger la communauté juive locale.

Il prit part à de nombreuses bagarres qui lui firent prendre conscience des différences entre les compétitions sportives et les « combats de rue ». De par son action, il devient vite impopulaire auprès des autorités locales, et commença en 1940 un périple de 2 ans qui le mèna finalement en Palestine, après un passage dans les troupes britanniques.

Il rejoignit alors la Haganah, formation para-militaire juive préfigurant la future armée israélienne.

Il fit partie des troupes de choc, le Palmach, où il enseigna la lutte, la gymnastique et les bases de l'autodéfense.
fr